Jean Revillard nominé au Swiss Press Award

Jean Revillard remporte une troisième place au Swiss Press Award catégorie histoire suisse avec sa série sur la deuxième partie du tour du monde de l’avion solaire Solar Impulse. Ces images ont été diffusées mondialement et avaient dejà été nominées comme « photo of the year par le journal The economist et figuraient dans la séléction des vingt meilleures photos de l’année du classement AFP.

Rezo.ch remercie chaleureusement André Borschberg et Bertrand Piccard ainsi que toute l’équipe de Solar Impulse pour nous avoir permis de suivre durant presque 7ans cette formidable aventure.

« Soul Fragments », Le livre – Dix ans de quête d’un photographe dans les fragments de la conscience.

« Soul Fragments »  c’est une enquête photographique sur les chemins des consciences possibles pour l’avenir du monde. Christophe Chammartin est allé à la rencontre de personnages, spécialistes en tous genres, écologistes, scientifiques, personnes en quête spirituelle, chamanes ou artistes.
Interrogeant en images et en mots leur vision du monde. Le photographe a collectionné des images et des propos sur la conscience de la vie, de la mort, des changements de notre société. Il a réuni une trentaine de témoignages qui révèlent  les approche multiples de personnages en quête de réflexion sur le monde qui les entoure.

Capture d’écran 2017-03-01 à 14.11.17

Cet ouvrage est le premier d’une série dont le concept est de montrer les multiples approches de la photographie dans des domaines qui touchent à la vie de tout les jours. Rezo s’intéresse à l’approche esthétique des photographes sur des thèmes documentaires universels. C’est son terrain de jeux. C’est son savoir-faire depuis 16 ans.

Vernissage « Particles » demain Jeudi 2 mars à Zurich

Demain chez Photobastei 2.0 Party pour l’exposition « Particles » dès 18h00 avec Christophe Chammartin, Julien Heimann, Olivier Lovey, Anna Pizzolante

Tomorow in Photosbatei 2.0 drinks for the exhibition « Particles » from 18h00 with avec Christophe Chammartin, Julien Heimann, Olivier Lovey, Anna Pizzolante

L’exposition est prolongée au 2 avril 2017  –  The exhibition is extended to April 2, 2017

Capture d’écran 2017-03-01 à 14.11.17
Signature du nouveau livre de Christophe Chammartin « Soul Fragments » et du livre  « Outland » de Jean Revillard
Signing session of Christophe Chammartin’s new book « Soul fragments » and the book « Outland «  from Jean Revillard
Couverture outland

Cinq photographes traitent de la violence sur les femmes.

Au Bellevue Festival, cinq photographes rapportent, dans des contextes très différents, des histoires de violences sur les femmes. Ces photographies impressionnantes, accompagnées parfois de vidéos donnent un aperçu de la vie de ces femmes confrontées quotidiennement à la violence en  Afghanistan, en Inde, au Vietnam, en Namibie et en Italie. Les auteurs ont approché ces thèmes difficiles avec leurs propres approches photographiques et narratives. Avec Reto Albertalli, Daniel Auf der Mauer, Christian Bobst, Michael Hauri, Jean Revillard

Capture d’écran 2017-02-20 à 17.43.23

Le 1er Avril, 2017 lors du Bellevue Panel, on parlera de la question des bonnes images dans les situations délicates. « Comment aborder un dialogue pour ouvrir à la photographie ces femmes violentées ? ». « De quelles images avons-nous besoin ? », « Quelle est la responsabilité des photographes et des éditeurs ? », « Quelles compétences doivent avoir les photographes pour traiter de ces questions ? ». Cette exposition a déjà été  présentée en Avril 2016, à Zurich.

Le MAZ (l’Ecole suisse de journalisme) est l’un de nos partenaires, avec lesquels nous continuerons des projets communs

Sam 11 Mars, 17- 20h00 avec un apéritif en présence des photographes.

Exposition du 12 Mars à 9 Avril 2017, le week-end, 11 h -17

Le samedi 1er Avril, à partir de 13h00 BelleVue-panel. Discussion avec Ursula Keller, conseiller politique, DDC / EDA, Gilles Steinmann, rédacteur image à la NZZ, Daniel Auf der Mauer, Photographe, modératrice Karin Salm, journaliste culturelle.

BelleVue – Ort für Fotografie
Breisacherstrasse 50
4057 Basel

http://www.bellevue-fotografie.ch

Photobastei 2.0 Zurich – 4 photographers works about « Particles »

Invisibles, et pourtant elles sont partout. Tantôt dangereuses, tantôt parties indissociables de la vie, tantôt inconnues voir oubliées, tantôt éléments de ce que les philosophes appelaient le cosmos. Infimes poussières, atomes, ce sont les particules. Elles font partie du monde de la photographie depuis son début. On utilise encore aujourd’hui la plaque photographique pour traquer ces parts infimes de l’infiniment petit. Depuis son invention, la photographie à chercher à montrer l’invisible. C’est une de ses multiples fonctions. La plus impressionnante machine à capter cet inconnu, s’appelle Atlas. Elle est située à Genève, au Cern. C’est une sorte d’appareil photo géant qui traque le bosons de Higgs, la particule de dieu.

Cette exposition présente le travail de quatre photographes, Christophe Chammartin, Julien Heimann, Olivier Lovey et Anna Pizzolante. Ils ont tous, à leurs façons approché le monde des particules.

Présentée par Jean Revillard, cette première exposition fait partie d’une série de plusieurs expositions montrées cette année. Le but de ce cycle est de montrer la diversité des approches de photographes sur des thèmes universels.

Photobastei 2.0 Sihlquai 125 2005 Zurich du 9.02 au 5.03. 2017 – Party le 02.03.2017

Outland – le communiqué de presse de Coalmine

OUTLAND

Jean Revillard (* 1967 à Genève) est une des grandes voix de la photographie documentaire suisse. Ses rapports prophétiques avec l’immigration illégale lui on valu deux World Press Photo Awards. Jean Revillard traite de la question des réfugiés au sens le plus large : malades des radiations,  prostituées poussées dans la forêt, réfugiés du tsunami, ils suit souvent pendant longtemps des hommes et des femmes poussés au bord de la civilisation. Dans des forêts, des grottes, où des habitations de fortune le photographe documente leurs existences précaires dans un style qui rappelle les conditions primitives.

Patras 2009 - © Jean Revillard

Patras 2009 – © Jean Revillard

Ses images amènent le spectateurs vers des tensions émotionnelles entre le jardin d’Eden et la romance apocalyptique. Elles font réfléchir sur la séparation fine qui existe entre la beauté naturelle et la violence cachée qu’engendre la nature humaine. Fondateur de l’agence Rezo Jean Revillard s’est taillé une réputation internationale dans le monde de la photographie. Avec OUTLAND, La galerie Coalmine lance une première série d’expositions sur les photographes engagés de Suisse occidentale en montrant un aperçu des travaux de la dernière décennie.

L’exposition est organisée par Sascha Renner.

Exposition du 4 Novembre au 23 décembre 2016

Outland – un livre – une exposition – des conférences

Outland c’est le titre d’un livre et d’une exposition sur les pérégrination du photographe Jean Revillard dans la forêt.
Depuis dix ans, des Jungles de Calais au cimetières de Manille en passant par les réfugiés des ondes, le photographe suit la trace de ceux qui disparaissent dans les bois. Outland est la demonstration abjecte que l’homme aujourd’hui est capable de créer du déchêt humain.
les 3.11 à Winterthur, 10.11 à Genève, 13.1 à Genève, 15.11 à Winterthur

L’exposition chez Coalmine Gallery
Curateur Sasha Renner
piece-jointe

Vernissage 3 Novembre 2016 dès18h00 Coalmine Gallery, Turnerstrasse 1, Winterthur
Exposition du 4 Novembre au 23 décembre 2016

Le LIVRE
Edité par Courvoisier et fabriqué par les ateliers de Bontron & Co
avec une préface de Jean Ziegler

piece-jointe

Vernissage du livre le 10 novembre à 18h00 dans les ateliers de Bontron & Co, rue Malatrex 50, 1211 Genève

Les Conférences :

Visite guidée chez Coalmine à Winterthur le 15 novembre à 18h30
Présentation du livre au Centre de la Photographie à Genève le dimanche 13 Novembre à 14h00

 

Vol au dessus des pyramides

Jean Revillard : « Survoler Solar impulse dans un hélicoptère géant au dessus des pyramides, C’est sans aucun doutes mon plus grand moment dans ce tour du monde. La veille nous  étions pendant 10 heures David Patthey, Tahan Pangaribuan et moi dans un bureau cramoisi d’une base militaire. Ce n’était pas du tout sûr que nous puissions voler. Il a fallut négocier dur les permis de vol avec les militaires. Puis ils nous ont proposé la machine. Un géant, Un hélicoptère Sea King, c’est ce qu’ils avaient de plus petit. C’était catastrophique parce qu’il ne pouvait pas voler en formation avec l’avion Solaire. Nous avons du convaincre le pilote de tourner à 360 degrés autour de SI2. Nous ne l’avions jamais fait, trop dangereux.

Solar Impulse survole les pyramides © Jean Revillard / Rezo

Solar Impulse survole les pyramides © Jean Revillard / Rezo

A l’aube, l’hélicoptère a décollé à la rencontre de SI2. Les conditions de prises de vues ont été terribles. Le rotor fuyait et crachait de l’huile bouillante sur mon visage et mes objectifs. Nous avions de la peine à nous coordonner avec le pilote qui n’osait pas s’approcher. Au dernier tour, il y en avait quatre, ont était calé lui et moi. J’ai réussi à réaliser cette image incroyable au moment ou le soleil frappe les ailes de l’avion. Il y a des dieux en Egypte. »

Trois ans d’attente pour une photo mythique

Ils l’ont faites, La fameuse photo de l’avion solaire Solar Impulse survolant la statue de la Liberté. Christophe Chammartin au milieu de l’eau et Jean Revillard dans les airs ont réalisé samedi soir ces clichés qu’ils attendaient depuis longtemps. Jean Revillard :  « Cette image, J’aurais du la faire avec le premier avion Solaire Solar Impulse 1 en 2013. A l’époque, j’avais tout préparé. L’ouragan Sandy ayant ravagé les éclairages de la statue. J’avais même réservé  un projecteur de DCA de la deuxième guerre mondiale.  Mais l’avion à eu un problème majeur, un trou dans l’aile, et il a du atterrir sans pouvoir survoler la baie. Cette photo c’est trois ans d’attente et trois mois de travail intense, New-York est une ville terriblement compliquée. Il a fallut faire à nouveau les repérages, puis savoir à qui appartenait les lieux pour pouvoir avoir les permis de photographier. Gregory Blatt et Vania Megevand ont fait un travail énorme. Nous avons demandé des choses impossibles comme

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Christophe Chammartin/Rezo

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Christophe Chammartin/Rezo

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Jean Revillard / Rezo

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Jean Revillard / Rezo

de baisser l’intensité lumineuse de la statue parce que le contraste était énorme ou placer les cameras d’Emmanuel Grippon dans les jardins des gens. Je passais mon temps à faire le pied de grue dans les mairies. Avec Christophe et André Borschberg nous avons passé des heures sur place à calculer les bons angles en fonction des différents plans de vol que l’on avait. A la fin, on était prêt comme des automates. La baie de New-York n’avait plus de secret pour nous. Nous connaissions les meilleurs points de vue. Malgré cela on doit pouvoir toujours improviser au dernier moment parce qu’avec cet avion les vols changent tout le temps. C’est pour ça que nous pensons à tous les scénarios. »