Outland – le communiqué de presse de Coalmine

OUTLAND

Jean Revillard (* 1967 à Genève) est une des grandes voix de la photographie documentaire suisse. Ses rapports prophétiques avec l’immigration illégale lui on valu deux World Press Photo Awards. Jean Revillard traite de la question des réfugiés au sens le plus large : malades des radiations,  prostituées poussées dans la forêt, réfugiés du tsunami, ils suit souvent pendant longtemps des hommes et des femmes poussés au bord de la civilisation. Dans des forêts, des grottes, où des habitations de fortune le photographe documente leurs existences précaires dans un style qui rappelle les conditions primitives.

Patras 2009 - © Jean Revillard

Patras 2009 – © Jean Revillard

Ses images amènent le spectateurs vers des tensions émotionnelles entre le jardin d’Eden et la romance apocalyptique. Elles font réfléchir sur la séparation fine qui existe entre la beauté naturelle et la violence cachée qu’engendre la nature humaine. Fondateur de l’agence Rezo Jean Revillard s’est taillé une réputation internationale dans le monde de la photographie. Avec OUTLAND, La galerie Coalmine lance une première série d’expositions sur les photographes engagés de Suisse occidentale en montrant un aperçu des travaux de la dernière décennie.

L’exposition est organisée par Sascha Renner.

Exposition du 4 Novembre au 23 décembre 2016

Outland – un livre – une exposition – des conférences

Outland c’est le titre d’un livre et d’une exposition sur les pérégrination du photographe Jean Revillard dans la forêt.
Depuis dix ans, des Jungles de Calais au cimetières de Manille en passant par les réfugiés des ondes, le photographe suit la trace de ceux qui disparaissent dans les bois. Outland est la demonstration abjecte que l’homme aujourd’hui est capable de créer du déchêt humain.
les 3.11 à Winterthur, 10.11 à Genève, 13.1 à Genève, 15.11 à Winterthur

L’exposition chez Coalmine Gallery
Curateur Sasha Renner
piece-jointe

Vernissage 3 Novembre 2016 dès18h00 Coalmine Gallery, Turnerstrasse 1, Winterthur
Exposition du 4 Novembre au 23 décembre 2016

Le LIVRE
Edité par Courvoisier et fabriqué par les ateliers de Bontron & Co
avec une préface de Jean Ziegler

piece-jointe

Vernissage du livre le 10 novembre à 18h00 dans les ateliers de Bontron & Co, rue Malatrex 50, 1211 Genève

Les Conférences :

Visite guidée chez Coalmine à Winterthur le 15 novembre à 18h30
Présentation du livre au Centre de la Photographie à Genève le dimanche 13 Novembre à 14h00

 

Vol au dessus des pyramides

Jean Revillard : « Survoler Solar impulse dans un hélicoptère géant au dessus des pyramides, C’est sans aucun doutes mon plus grand moment dans ce tour du monde. La veille nous  étions pendant 10 heures David Patthey, Tahan Pangaribuan et moi dans un bureau cramoisi d’une base militaire. Ce n’était pas du tout sûr que nous puissions voler. Il a fallut négocier dur les permis de vol avec les militaires. Puis ils nous ont proposé la machine. Un géant, Un hélicoptère Sea King, c’est ce qu’ils avaient de plus petit. C’était catastrophique parce qu’il ne pouvait pas voler en formation avec l’avion Solaire. Nous avons du convaincre le pilote de tourner à 360 degrés autour de SI2. Nous ne l’avions jamais fait, trop dangereux.

Solar Impulse survole les pyramides © Jean Revillard / Rezo

Solar Impulse survole les pyramides © Jean Revillard / Rezo

A l’aube, l’hélicoptère a décollé à la rencontre de SI2. Les conditions de prises de vues ont été terribles. Le rotor fuyait et crachait de l’huile bouillante sur mon visage et mes objectifs. Nous avions de la peine à nous coordonner avec le pilote qui n’osait pas s’approcher. Au dernier tour, il y en avait quatre, ont était calé lui et moi. J’ai réussi à réaliser cette image incroyable au moment ou le soleil frappe les ailes de l’avion. Il y a des dieux en Egypte. »

Trois ans d’attente pour une photo mythique

Ils l’ont faites, La fameuse photo de l’avion solaire Solar Impulse survolant la statue de la Liberté. Christophe Chammartin au milieu de l’eau et Jean Revillard dans les airs ont réalisé samedi soir ces clichés qu’ils attendaient depuis longtemps. Jean Revillard :  « Cette image, J’aurais du la faire avec le premier avion Solaire Solar Impulse 1 en 2013. A l’époque, j’avais tout préparé. L’ouragan Sandy ayant ravagé les éclairages de la statue. J’avais même réservé  un projecteur de DCA de la deuxième guerre mondiale.  Mais l’avion à eu un problème majeur, un trou dans l’aile, et il a du atterrir sans pouvoir survoler la baie. Cette photo c’est trois ans d’attente et trois mois de travail intense, New-York est une ville terriblement compliquée. Il a fallut faire à nouveau les repérages, puis savoir à qui appartenait les lieux pour pouvoir avoir les permis de photographier. Gregory Blatt et Vania Megevand ont fait un travail énorme. Nous avons demandé des choses impossibles comme

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Christophe Chammartin/Rezo

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Christophe Chammartin/Rezo

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Jean Revillard / Rezo

Solar Impulse survole la statue de la liberté © Jean Revillard / Rezo

de baisser l’intensité lumineuse de la statue parce que le contraste était énorme ou placer les cameras d’Emmanuel Grippon dans les jardins des gens. Je passais mon temps à faire le pied de grue dans les mairies. Avec Christophe et André Borschberg nous avons passé des heures sur place à calculer les bons angles en fonction des différents plans de vol que l’on avait. A la fin, on était prêt comme des automates. La baie de New-York n’avait plus de secret pour nous. Nous connaissions les meilleurs points de vue. Malgré cela on doit pouvoir toujours improviser au dernier moment parce qu’avec cet avion les vols changent tout le temps. C’est pour ça que nous pensons à tous les scénarios. »

Solar Impulse survole à nouveau le Golden Gate

Jean Revillard : « Il y a trois ans, j’avais repéré le site du Golden Gate pendant un mois afin de calculer les meilleurs angles pour photographier le solar impulse 1 sur le pont le plus mythique des Etats-Unis. Là, on m’a laissé une demi-heure et une rotation d’hélicoptère pour préparer mon vol. C’était un grand moment de se retrouver tous les trois Bertrand Piccard dans l’avion, André Borschberg et moi même dans l’Hélicoptère. La pression était énorme parce que c’était un vol historique. Il fallait réussir une seconde grande image pour immortaliser l’exploit de Bertrand après sa traversée du Pacifique. Les photos ont  été publiées dans le monde entier avant même ma descente d’hélicoptère, c’était incroyable. »

2016 Solar impulse 2 arrive à San-Francisco après sa traversée du Pacifique depuis Hawaii © Jean Revillard / Rezo

2016 Solar impulse 2 arrive à San-Francisco après sa traversée du Pacifique depuis Hawaii © Jean Revillard / Rezo

Solar Impulse 1 en Avril 2013 © Jean Revillard / Rezo

Solar Impulse 1 en Avril 2013 © Jean Revillard / Rezo

La Maz galerie invite Jean Revillard à Zurich

La Galerie de l’Ecole Suisse de Photojournalisme à Lucerne MAZ, s’établit une fois par année chez Photo bastei à Zurich afin de montrer à un plus large auditoire une selection de 5 travaux exceptionnels du photojournalisme suisse.

Sarah est une immigrante Africaine de 22 ans  forcee a la prostitution dans une fort du Nord de l'Italie. La-bas on les appelle les lucioles parce qu'a la nuit tombŽe elle allument des feux pour se rechauffer le coprs. Chaque matin elle prend pour  un village de campagne. puis elle marche 6km pour rejoindre sa place dans la foret. Les loi anti prostitutions italiennes poussent de plus en plus les filles ˆ se cacher. Depuis la Grece Sarah a debarque en Italie dans un avion de tourisme Alors quÕelle avait dŽjˆ payŽ ses faux papiers et ses passeurs pendant le  voyage, on lui rŽclame 50Õ000 Euros de remboursement. On la pousse ˆ se prostituer, en lui disant quÕelle en ˆ juste pour quelques mois. On menace sa famille. Et on propose ˆ Sarah un coin juste assez grand  pour poser sa chaise au bord dÕune route, ˆ 30 km d'une grande ville, quÕelle doit payer 600 euros par mois. Ce loyer, aditionne au 1000 euros mensuels quÕil lui faut pour vivre en Italie et le remboursement de sa  dette de voyage, lÕoblige a faire  5000 passes. A story about trafficking of human in Europe. Sarah is a 22 year old African immigrant forced into prostitution in a forest in northern Italy. The bottom-they are called fireflies, because it's the night light fires to keep warm copra. Each morning it takes for a village. then walk 6km to reach his place in the forest. The Italian law against prostitution grow more and more girls into hiding.  Since Greece Sarah landed in Italy in a light aircraft after it had already paid their smugglers and false documents during the trip, he claimed EUR 50,000 for reimbursement. It pushes her into prostitution, saying that it properly for a few months. They threatened his family. And it offers Sarah a corner just big enough to put his chair beside a road, 30 km from a big city, that she must pay 600 euros per month. The rent, in addition on 1000 euros a month it takes to live in Italy and the repayment of its debt, travel has forced her to make 5000 sexual act.

Cette Année, Christian Bobst, Reto Albertalli, Michael Hauri, Jean Revillard, Daniel auf der Maur, ainsi que le groupe weitere3, déclinent leurs travaux sous forme de tirages et de leurs déclinaisons multimédias.

Pour Jean Revillard « C’est une expérience intéressante car aujourd’hui lorsqu’on réalise une histoire on n’imagine même plus sa destination finale. Cela pourra être un livre, une installation, une publication dans un magazine ou une simple conférence.  C’est d’autant plus intéressant pour le public parce que nous sommes exposés au côté de Werner Bishof qui lui n’avait que les livres et les journaux en ligne de mire pour la diffusion de ses reportages. »

Le 21 Avril Table ronde sur «l’industrie du photojournalisme et de l’image contemporaine » animée par Sandro Brotz , SRF .

Invités : Res Strehle , ancien rédacteur en chef du Tages- Anzeiger et président du conseil d’administrationMAZ, Gilles Steinmann , éditeur d’image NZZ, Dirk Claus , éditeur de photo et multimédia, Reto Camenisch , photographe, MAZ -investigateur Photographie

PhotoBastei Sihlquai 125 – 8005 Zürich – www.photobastei.ch du 7 au 24 avril 2016

Rezo avec Solar Impulse en 2016

Rezo vole à nouveau avec Solar Impulse depuis quelques jours à Hawaii. Christophe Chammartin, Amelie Descloux, Michael Ottenwalther et Jean Revillard vont couvrir les vols d’essais à Hawaii et Monaco, pour préparer les grandes images de la seconde partie du tour du monde de l’avion solaire. De multiples vols d’essais sont prévus à cet effet dans l’île d’Oahu. Rezo photographie les aventures de l’avion de l’avion Solaire de Bertrand Piccard et André Borschberg depuis 2010. Pour le compte de Solar Impulse, l’agence fournit toutes les photographies pour la presse, les sites internet et les réseaux sociaux du monde entier.

solar-impulse-hawaii

Château de Prangins – journée spéciale « Photos de presse »

24.01.2016 10:00 – 17:00CHÂTEAU DE 

 
Une opportunité unique de rencontrer les photographes lauréats du concours Swiss Press Photos 15, notamment Yvain Genevay (photographe Swiss Press de l’année), Jean Revillard (1er prix dans la catégorie « Etranger » pour son reportage sur les électrosensibles), Stéphanie Borcard et Nicolas Métraux (1ère place dans la catégorie « Vie quotidienne ») qui viendront tour à tour présenter leur travail aux visiteurs. À 15.30, Michel Jeanneret, rédacteur en chef de « L’illustré », et Julie Body, directrice artistique du même magazine, dévoileront le processus passionnant de la sélection d’images au sein d’une rédaction. Deux visites guidées exclusives de l’exposition « Swiss Press Photo 15 » (13.30 & 16.00) seront menées par le fondateur du concours du même nom, Michael von Graffenried. Celle de 16.00 se fera sous forme d’un dialogue avec Jean Revillard, lauréat pour son reportage sur les électrosensibles. Des activités et des ateliers sont prévus pour les familles tout au long de la journée.

Entrée libre

http://www.nationalmuseum.ch/f/microsites/2015/Prangins/SPP15

i.ch _ Comment le fait d’être connecté nous a changé.

Les développements technologiques de la communication moderne ont repoussé l’humain dans les sphères du virtuel.  Nous surfons et échangeons des liens, nous nous invitons dans la vie des autres, nous échangeons des textos et nous bavardons de manière illimitée. L’exposition I.ch à travers les oeuvres de ses artistes réponds à la question de la place de l’homme dans cette société  virtualisée.  Sera-t-il écrasé par elle ou apprendra-t-il  à survivre au rythme positivement.  Saura-t-il intégrer ses propres comportements dans sa nouvelle vie numérique ?

Capture d’écran 2015-11-06 à 16.46.55

Dans la magnifique architecture de La Fondation  Vögele à Pfäffikon (Schwytz).  L’exposition se lance dans la recherche des indices du monde numérique, attire l’attention sur les opportunités et les défis. Les différents travaux  explorent les conséquences pour l’individu de la société de l’internet, la publication de sa vie sur les réseaux sociaux et les conséquences humaines qu’impose la société hyper-numérique.

Avec des œuvres de : Christopher Baker , Aram Bartholl , Daniele Buetti , Kurt Caviezel , Hasan Elahi , Sandra Heinz , Travis Hodges , Bernd Hopfengärtner & Ludwig Zeller , Florian Mehnert , Elisa Giardina Papa , Peter Piccani , Jean Revillard , Evan Roth , Amalia Ulmann , Curtis Wallen .

Exposition du 22.11.2015 – 20.03.2016 Fondation Vögele

Vernissage le dimanche 22 novembre 10h45